Visite Lycée St-Ismier


Chantier école réalisé par les BP AP en formation continue du CFPPA de Grenoble-St-Ismier !

 


Des plantations d'avenir !

Dernières étapes hivernales de formation dans les classes de seconde NJPF (Nature Jardin Paysage et Forêt) et de première Bac PRO orientées vers l'aménagement et l'entretien des milieux naturels (GMNF – Gestion des Milieux Naturels et de la faune). Deux chantiers avec comme enjeu commun, la végétalisation des milieux dégradés et l'amélioration de la biodiversité végétale.

 

Premier chantier dans la carrière d'exploitation de granulats Budillon - Rabatel à Izeaux (38) où les élèves de plusieurs classes ont réalisé des plantations d'arbres et arbustes fructifères destinés à renaturer les fonds ou les lisières d'une partie de carrière en fin d'exploitation. Les jeunes plants sont installés sur des bandes de toile de protection et protégés par des filets anti-rongeurs. Le partenariat avec l'entreprise exploitante est très positif puisqu'il met en valeur non seulement l'obligation légale mais surtout l'utilité écologique de la restauration de ces zones dégradées, réhabilitées par une végétalisation et une remise en culture par un agriculteur.

Autre partenariat avec l'entreprise Arbre-haie-Forêt spécialisée dans le génie végétal et responsable de la végétalisation d'une partie des digues du Drac, à Fontaine (38). Les élèves de la classe de seconde NJPF ont participé aux plantations de jeunes plants adaptés à la situation de ripisylve (forêt alluviale). C'est là aussi la mise en avant de la nécessité de diversifier la flore, y compris en milieu urbain, pour favoriser la présence d'une faune spécifique et encore plus variée. Ce chantier aura été l'occasion de voir d'autres réalisations de l'entreprise comme par exemple des 'Hibernaculum', tas de troncs et de branches disposés le long du haut des digues et destinées à favoriser le refuge de certaines espèces animales.

Christian Scherrer

 

Enseignant en BAC PRO GMNF et AP, Seconde Nature Jardins et Forêts, seconde TGNR, BTSA Aménagements Paysagers.

 


Ecoutez Benoît Thollin, ancien chercheur devenu maraîcher et formateur au CFPPA de Grenoble-St-Ismier !

 


Le projet innovant pour l’environnement au Lycée Public Horticole de Grenoble-St-Ismier

 

Chantier de plantation des porte-greffes de fruitier 

Dans un contexte environnemental en changement, l’exploitation pédagogique de l’École du Paysage, porte un projet d’atelier maraîchage biologique pour apporter une solution à la consommation locale et durable.

Depuis 1 an, à la bâtie, sur une parcelle de 3 hectares, les formateurs et apprenants travaillent et collaborent à la création d’un atelier de production.

Il est aujourd’hui devenu une priorité de préserver les générations futures d’un avenir incertain, mais rempli d’espoir. Ainsi, l’apprentissage des métiers liés au maraîchage, l’arboriculture, les domaines de l’horticultures, et à la gestion des espaces verts est source de positivité et d’interaction locale.

 

Les vocations de l’atelier sont multiples :

·         Produire des légumes pour fournir la cantine scolaire ainsi que des paniers (habitants et personnel du Lycée)

·         Servir de support pédagogique pour les différentes formations du lycée agricole et du CFPPA

·         Accueillir des porteurs de projets sur un "Espace-Test" pour leur permettre de se tester sur une durée limitée

·         Être un lieu d'expérimentation et de recueil de données technico-économiques pour le maraîchage petite surface à l’agroforesterie

·         Participer à la conservation de variétés anciennes (légumes, aromatiques et fruitiers)

·         Sensibiliser et mettre en œuvres des pratiques agro-écologiques

 

Si nos façons de consommer évoluent, l’objectif est clairement défini pour que l’atelier puisse apporter une solution d’approvisionnement ultra-court.

En effet, la cantine du Lycée est labellisée « La région dans nos assiettes » et par ce biais, le message véhiculé aux jeunes est fort. Manger des produits de saison dont la production est située à 1 km répond à l’urgence de consommer autrement.

Ce projet d’atelier est dans une démarche de transition écologique tant par le message qu’il véhicule auprès des lycéens, par l’action et le résultat concret dans les assiettes que par la formation des futurs maraîchers.

 

Comment inclure les citoyens dans ce projet ?

 

Tout le monde peut être acteur du projet. Les lycéens apprenants, stagiaires, formateurs, mais aussi les habitants.

En effet, le CFPPA va mettre en place des formations courtes adressées aux habitants de la région Rhône-Alpes autour du potager BIO, la taille des fruitiers, du greffage des variétés anciennes, de la production de semences.

Des paniers de légumes à partir de Mai jusqu’à Décembre seront disponibles à la vente.

Découvrez le projet de l’Ecole du paysage, le Lycée public Horticole, le CFPPA (Formation Professionnel et de Promotion Agricole), l’exploitation et la jardinerie de St Ismier lors des journées Portes Ouvertes le samedi 14 mars de 9h à 17h.

 

2020, quelques chiffres à retenir :

 

-           8000 m2 de maraîchage diversifié plein champ + 2 tunnels maraîchers

-           100 m2 dédiés à la production de semences locales

-           1000 m2 de verger

-           900 portes greffes de fruitiers implantés (poirier, cerisier…)

-           600 mètres linéaire de haie en faveur de la biodiversité

 

Ce projet est financé par la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

 


« S’informer pour mieux se respecter »

 

L’exposition #SEXPO ! s’est installée au lycée du lundi 3 au mercredi 5 février 2020 grâce au soutien financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Ainsi, toutes les classes du LEGTA ont pu parcourir l’exposition, animée par Claire et Farid de l’Association de Lutte contre le Sida (ALS).

#SEXPO ! est un parcours éducatif et interactif ayant pour objectifs d’améliorer les connaissances des jeunes et de renforcer les comportements préventifs. L’exposition se compose de 4 espaces qui permettent d’aborder la sexualité sous différents angles :

 

·         Le corps : sur les aspects physiologiques et biologiques.

·         L’identités : sur les représentations sur le « genre », les rôles « sexués » le sexisme, l’homophobie…

·         La société : sur l’écart entre le traitement médiatique de la sexualité (pornographie, internet, publicité...)  et la réalité.

·         La prévention : sur les modes de contraception, les moyens de prévention contre le VIH et les autres Infections Sexuellement Transmissible, le dépistage…

 

Sur la forme, chaque espace propose différentes activités qui ont favorisé l’interactivité et la participation active des élèves. Sur le fond, l’exposition est riche en information et a permis d’aborder la sexualité dans sa globalité.

 

Les jeunes ont apprécié #SEXPO ! pour la richesse des informations, le professionnalisme et l’écoute des intervenants, l’interactivité du parcours, la liberté de parole dans cet espace où il n’y avait ni tabou ni censure. 

 

 

 

 

Au cours des mois de février et mars, les Conseillères Conjugales et Familiales du Centre de Planification et d’Education Familiale de Villard-Bonnot interviendront auprès des élèves de 2nde pour revenir sur l’exposition, approfondir certaines thématiques et répondre aux différentes interrogations des élèves autour de la vie relationnelle, affective et sexuelle.

 

 

Sophie Vermote, infirmière de l'EPL

 

 


Forum du Sup à l’Ecole du Paysage !

Le samedi 25 janvier, l'Ecole du paysage à organisé un forum du Sup !

Pour la première fois depuis plusieurs années, l’établissement a ouvert ses portes le samedi 25 janvier pour informer le public sur ses formations post-bac : BTSA Aménagement Paysager par voie scolaire et par apprentissage et Licence Professionnelle gestion des Aménagements paysagers en partenariat avec l’Université de Grenoble.

De nombreux jeunes issus de Bac scientifique, de Bac Technologique ou de Bac professionnel sont venus, bien souvent avec leurs familles, pour s’entretenir de leurs projets avec les enseignants présents et découvrir l’établissement implanté dans un parc paysager de 6 hectares, jouxtant l’exploitation horticole du domaine. Nos formations sont aussi accessibles au terme d'une réorientation (1ère année en BTS ou en université par exemple, ou après une courte expérience en milieu professionnel).

Les débouchés de ses formations sont multiples. Après un BTSA, il est possible de travailler comme Technico-commercial en fournitures et matériel pour les espaces verts, conseil ou dans un service de recherche, développement, formation mais aussi devenir Chef d’agence, chef de service, chef d’entreprise etc… Suite à la Licence pro, le candidat peut prétendre à des postes comme adjoint chef de service d’une collectivité, assistant chef de projet en bureau d’étude, cadre administratif et valorisation de la biodiversité ou encore formateur en aménagement du paysage.

 

Cette journée a été organisée comme un temps privilégié d’échanges et d’informations. La date a été fixée en lien avec le calendrier de la procédure nationale «Parcoursup», qui entre dans sa phase d’inscriptions et permet l’accès aux formations dans l’enseignement supérieur. Les futurs bacheliers se préparent en effet à saisir leurs vœux de poursuites d’études pour la prochaine rentrée scolaire.

Pour tous ceux et toutes celles qui n’ont pas pu se déplacer ce samedi, d’autres opportunités vous permettront de nous rencontrer : Journée Portes Ouvertes du 14 mars, mini stages et entretiens individualisés sur demande de contact. 

  


Les élèves du LEGTA de St Ismier en voyage pédagogique à Strasbourg !

                     

Dans le cadre d'un projet interclasse (première bac technologique STAV et terminale bac professionnel Aménagement Paysagé) sur les thèmes des lieux de pouvoir et de mémoire, les élèves ont pu visiter le parlement européen de Strasbourg et l'ancien camp de concentration de Natzweiler Struthof.  

Ce projet financé, en partie, par le parlement européen a permis aux élèves de rencontrer et d'échanger avec l'euro députée Verts/ALE Madame Delbos-Corfield, qui est également vice-présidente de la Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres.

Après cet entretien avec l'euro députée, les élèves ont assisté à deux débats d'actualité au sein de l'hémicycle : le premier portait sur l'accord entre les membres du Mercosur et le pacte vert Européen et le deuxième débat sur la question des Ouïgours et autres minorités musulmanes du Xinjiang, en Chine : plus d’un million d’entre eux sont enfermés dans des camps de travail forcé et la région du Xinjiang est fermée à tous observateurs internationaux.

Le deuxième jour du voyage a été consacré au lieu de mémoire qu'est le centre européen du résistant déporté de l'ancien camp de concentration de Natzweiler Struthof.

Par l'intermédiaire de la visite du camp et du musée les élèves ont pu s'interroger sur les conditions de détention des déportés dans un camp contrôlé par des Allemands durant la Seconde Guerre mondiale et le rôle du travail forcé dans l'économie industrielle de l'Allemagne nazie.

Ce projet donnera lieu à une exploitation pédagogique pluridisciplinaire dont l’objectif sera ensuite de faire réfléchir les jeunes au sens du mot « résistance » et aux formes actuelles prises par cette dernière. Un travail artistique et culturel associant photographie et expression théâtrale reposant sur cette thématique sera également entrepris avec les élèves et mené en partenariat avec des artistes professionnels. Ces activités s’inscriront également dans le cadre de la préparation au grand oral (nouvelle épreuve terminale inscrite au programme du baccalauréat préparé par les deux classes) et de l'épreuve anticipée de Français de bac technologique.


Horizon Québec, témoignage et emplois !

 

Le mardi 17 Décembre, Romain Renoult, ancien élève du Lycée de la promo 2004 s’est présenté à nos apprenants. Aujourd’hui installé au Canada, Romain nous a parlé de son parcours et des opportunités de carrière à Québec, dans le secteur du Paysage.

Après avoir obtenu un Bac pro AP en 2004, Romain a travaillé dans différentes entreprises du paysage en France. Dans chaque structure, la motivation et l’engagement qu’il a montré en qualité d’ouvrier lui ont permis de gagner en responsabilité et de devenir chef d’équipe puis, chef de chantier.

Bien que sa situation professionnelle était confortable, un autre projet de vie pour sa famille et lui commençait à se dessiner. En 2012, Romain décide d’entamer les démarches pour immigrer au Canada. Durant 3 ans, il va rechercher un emploi et remplir les dossiers administratifs et d’immigrations.

 

  • L’arrivée à Québec

C’est en 2015 que le Famille Renoult débarque à Québec, pour commencer une nouvelle vie avec un Visa de résident permanent !

Dans le premier emploi qu’il occupe, il débute en qualité d’ouvrier, puis en 6 mois seulement, il devient Chef d’équipe. Aujourd’hui, il gère le secteur de l’aménagement, avec ses équipes dans une entreprise qui est membre de la coopérative GROUPEX (pépinières jardinière etc…) Un salaire attractif, une évolution de carrière rapide, une valorisation du métier, les conditions sont réunies pour s’épanouir.

 

  • Le métier du paysage à Québec

Comme en France, la ville de Québec manque de main d’œuvre qualifiée dans le secteur du paysage. Il est donc très facile de trouver un emploi.

L’anglais n’est pas obligatoire. Notez également, que la saison pour les paysagistes dure en moyenne 8 mois compte tenu des conditions climatiques au Canada ( -20° en Hiver). Ainsi, le nombre d’heures travaillées est supérieur au 35h/39h comme en France, allant de 45h à 50h/ Semaine. La rémunération est très attractive. Dans le métier du paysage, le salaire minimum est de 18 dollars de l’heure. Les heures supplémentaires sont payées et majorées. Il est très facile de devenir chef d’équipe sous quelques mois sous réserve de montrer toutes les qualités requises.

  

 

  • Maître paysagiste, une entreprise qui recrute des Bac pro et plus

La coopérative horticole GROUPEX a créé la marque « Maître paysagiste ». Cette marque regroupe 24 entreprises qui représentent le haut de gamme du paysage à Québec. Chaque année, la société est contrôlée pour vérifier la qualité et les normes à respecter. Maître paysagiste, est présent sur toute la province de Québec de par ses représentants.

·         Objectif de recrutement

Les diplômés dans la branche du paysage se font rares au Canada. Les formations dispensées en France sont reconnues par les professionnels.  « Maître Paysagiste » est dans une démarche très sérieuse et d’accompagnement pour soutenir et aider les jeunes diplômés de Bac pro et plus à s’expatrier.

Il est prévu de suivre chaque jeune pour les démarches administratives (le billet d’avion « aller » est payé par l’employeur) et pour son arrivée au Canada (logement, assurance, permis, sécurité sociale etc…)

·         Profil recherché

ü  Positif

ü  Passionné par l’aménagement paysager

ü  Bonne Humeur

ü  Aimant le travail d’équipe

ü  Bonne forme physique

ü  Attentif aux détails

·         Pourquoi choisir « Maître Paysagiste »

ü  Réaliser des projets uniques

ü  Conditions salariales avantageuses

ü  Développer vos compétences

ü  Possibilité d’avancement professionnelle

ü  Une nouvelle aventure 

·         Offres d’emplois

ü  Ouvrier paysagiste

ü  Chef d’équipe adjoint en aménagement paysager

ü  Chef d’équipe aménagement paysager

Accueil

Romain représente « Maître Paysagiste » et comme lui, dès que vous êtes prêt contactez r.renoult@hotmail.fr pour vous informer, poser des questions et démarrer votre aventure !


Les murets de la cohésion - CFPPA

Retour sur un très beau partenariat entre le CFPPA de Saint Ismier et la communauté Jésuite, basée à Tinos, une magnifique île des Cyclades, en Grèce.
2 semaines en immersion totale rythmées par du tourisme et du travail dans le jardin de Loutra.

Un projet co-financé par le conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Un film de Jean-Jacques Cunnac (Avril 2019 - 11 min)
Films du Mas productions

 

Découvrez la vidéo ICI !! 

 



 

Cré’action : un esprit d’équipe et une créativité implacables !

Les apprenants de seconde professionnelle aménagements paysagers du CFPPA et du lycée ont œuvré avec brio durant 3 jours dans le cadre du chantier-école Cré’action, leur permettant de mettre en lumière les savoirs et capacités acquises au cours de leur première année de formation, et d’appréhender les difficultés d’organisation d’un chantier.

Cré’action a été l’occasion de faire travailler les apprentis et les lycéens ensemble à partir d’un plan élaboré par les enseignants techniques, imposant aux élèves de réaliser un jardin composé d’un dallage grès cérame d’un bassin, d’une pergola en bois, d’un massif délimité par une bordure en aluminium, d’un pas japonais et d’un gazon de placage, le tout sur une surface de 16m².

En plus de ces éléments imposés, une large place a été laissée à la créativité de chacun. Ce chantier, apprécié par les apprenants, a permis à chacun de voir les atouts, mais aussi les difficultés d’organisation d’un chantier.

 

Actualités